Notre Actualité \ Techniques de greffe de cheveux

La démocratisation de la greffe de cheveux

Il n’y a pas si longtemps, la médecine considérait que la perte de cheveux était un phénomène naturel et irrémédiable. La pelade était alors perçue comme une fatalité qui touchait essentiellement les hommes à partir d’un certain âge, bien plus tôt pour certains que pour d’autres. Plus tard, l’on s’est rendu compte que les femmes pouvaient aussi souffrir de la chute de cheveux.
greffe de cheveux val d'Oise

Aujourd’hui, grâce aux opérations de chirurgie esthétique, les hommes et les femmes qui le souhaitent peuvent désormais se faire implanter des greffons afin de surmonter plus facilement la douloureuse étape de la perte de leurs cheveux. Si la restauration capillaire a timidement débuté dans les années 1930, elle est aujourd’hui largement répandue et elle devient largement plus accessible en termes de coûts et de possibilités. Ces 25 dernières années ont connu l’essor de plusieurs techniques chirurgicales permettant l’implantation de greffons capillaires afin de contourner la perte de cheveux. La popularisation des méthodes de greffe permet aux hommes et aux femmes qui le souhaitent de réparer désormais leur chevelure grâce à une simple intervention médicale. On estime à environ 1 million le nombre de personnes qui optent chaque année pour la restauration capillaire, et en 2018, le secteur de l’implantation capillaire a généré plus de 800 millions d’euros de chiffre d’affaires en Turquie.

C’est quoi une greffe de cheveux ?

Pour faire face à l’apparition d’une calvitie précoce ou non, il existe des solutions tout à fait efficaces permettant de retrouver ses cheveux et de les conserver. La greffe capillaire permet de remédier à toute perte de pilosité, et elle peut également servir à recréer des sourcils chez l’homme comme chez la femme. Cette technique consiste à prélever des cheveux dans la zone de la couronne arrière de la tête. Les touffes présentes dans cette zone sont en effet plus résistantes et elles ne tombent presque jamais. Une fois prélevés, les cheveux seront réimplantés à l’avant, au niveau du front et de la tonsure. Après plusieurs séances de pose d’implant capillaire, suivies par une période de croissance, il est possible de retrouver une chevelure naturelle et définitive.

La greffe capillaire peut parfois être associée ou remplacée par une intervention de base : réduction de la tonsure ou prélèvement des lambeaux capillaires. La réduction de la tonsure consiste à recouvrir une zone de calvitie en partageant le cuir chevelu sur les parties dépourvues de poils. Concrètement, il s’agit pour le chirurgien d’utiliser l’élasticité de la peau pour couvrir la zone glabre de la tête. Cette intervention s’adresse donc aux personnes qui ont une peau bien élastique et une chevelure longue ou dense. En dehors de la réduction de la tonsure et des prélèvements de lambeaux capillaires, l’alopécie peut également être traitée par des techniques comme le lifting ou l’expansion du cuir chevelu. Toutes ces techniques chirurgicales permettent d’obtenir des résultats satisfaisants au bout de quelques semaines.

Hair Transplant France

Petit historique de l’implantation capillaire

La toute première greffe capillaire est attribuée à un dermatologue japonais dans les années 1880. L’utilisation de micro greffons pour corriger la perte de cheveux ne serait toutefois apparue qu’en 1930 au Japon. Dans les années 50 aux États-Unis, les scientifiques expérimentent la transplantation de cheveux par prélèvement de greffons chevelus de 4 mm. Le docteur Norman Orentreich pose alors le principe selon lequel les cheveux de la zone occipitale sont génétiquement programmés pour ne pas tomber. Les cheveux situés à l’arrière du crâne peuvent donc être transplantés vers la zone frontale et le vertex et servir à corriger le problème de la chute de cheveux.

En 1991, au Brésil, le docteur Uebel parvient à transplanter environ 1000 greffons en une seule séance grâce à l’utilisation de mini greffes et de micro greffes. La technique de la greffe de cheveux se démocratise alors rapidement et pour certains pays, elle constitue carrément une raison touristique. De nombreuses personnes voyagent par exemple en Turquie pour se faire implanter des cheveux dans une clinique de greffe capillaire.

Pourquoi la pose d’implant capillaire est-elle devenue tendance ?

Qu’on soit homme ou femme, la chute de cheveux constitue une étape douloureuse et difficile à accepter. Elle a longtemps été perçue comme le signe d’un problème de santé sous-jacent, mais le souci esthétique reste prédominant dans la plupart des cas. Chez les femmes, la peur de l’alopécie est liée à la crainte de voir diminuer leur pouvoir de séduction, tandis que pour les hommes, elle pourrait exprimer la réduction de la virilité ou le signe d’un vieillissement précoce.

Il est important de préciser que la calvitie est généralement héréditaire et donc inévitable. Toutefois, les scientifiques admettent que plusieurs autres causes peuvent entrainer l’apparition d’une pelade : carence en fer, traumatisme ou situation de stress permanent. Enfin, les effets secondaires de certains médicaments peuvent aussi conduire à une chute des cheveux. Dans tous les cas, les personnes atteintes par la perte des cheveux souhaitent généralement trouver un moyen efficace pour contrer le problème. Heureusement, il existe diverses méthodes pour réaliser une pose d’implant capillaire.

norwood

Les différents types de greffe capillaire

Les types de greffe capillaire les plus répandus sont la technique FUT, la greffe FUE traditionnelle et la méthode IFA qui est apparue seulement au début des années 2000.

         La technique FUT

La greffe capillaire par la technique des bandelettes est une forme de micro-greffe qui consiste à exciser une bande de cheveux (à l’arrière du crâne) afin que le chirurgien puisse en prélever des greffons. Ces greffons ou unités folliculaires seront ensuite replacés à l’avant de la tête suivant un angle précis afin d’obtenir un résultat tout à fait naturel. La cicatrice dans la zone occipitale pourra ensuite être masquée par la repousse des cheveux tout autour. La technique FUT est l’une des méthodes les plus traditionnelles : elle nécessite une anesthésie générale ainsi que l’immobilisation du patient pendant toute la durée de l’opération.

         La greffe FUE traditionnelle

Pour contourner le problème de la cicatrice laissée par le prélèvement de greffon, les scientifiques ont mis au point la technique de la greffe FUE. Elle consiste à prélever directement les unités folliculaires (groupes de 1 à 4 cheveux) à l’aide d’une pince, et à les réimplanter dans la zone souhaitée. C’est une opération à la fois lente et délicate : elle est lente parce que chaque prélèvement se fait manuellement, et délicate parce que le médecin doit éviter de sectionner le bulbe du cheveu, car cela rendrait l’implantation impossible. La greffe FUE se pratique en moyenne pendant 6 à 8 heures au cours desquelles le patient devra rester immobile. En revanche, cette technique ne nécessite qu’une légère anesthésie.
Enfin, la greffe FUE se caractérise par différentes méthodes et techniques d’exécution.
Telles que :

  • . la FUE traditionnelle (décrite plus haut), tout manuellement et à la pince.
  • . le FUE sans rasage visible, le chirurgien rase sur la nuque plusieurs micro-bandelettes (à la tondeuse) en étage, pour que les zones rasées soient cachées par les cheveux du dessus (tenus par un élastique lors du prélèvement). Après avoir prélevé les greffons, il les replante avec une aiguille spécifique, très serrés sur la zone frontale puis plus espacés à l’arrière (en passant entre les cheveux mi-long ou long).
  • . La microgreffe IFA (implantation folliculaire automatisée), cette opération de prélèvement s’effectue d’un appareil appelé Punch Air Matic®, une pièce à main munie d’un micro moteur rotatif aspiratif.
  • . L’injection des implants capillaires grâce au stylo Choï, le médecin réalise un travail qui consiste à injecter les unités folliculaires une par une au moyen d’un implanteur appelé stylo Choï (constitué d’une aiguille à pointe biseautée avec une rainure latérale permettant l’insertion du follicule dans l’aiguille et d’un système de piston à ressort pour pousser le l’implant hors de l’aiguille dans le cuir chevelu).
  • . Le système robotisé ARTAS®, l’extraction des greffons, au moyen du bras robotisé ARTAS ®, qui, grâce à une imagerie guidée couplée à un algorithme intelligent, cartographie en temps réel la zone donneuse. Le robot ARTAS ® analyse la qualité des cheveux sur la zone receveuse et réalise des petites incisions pour l’implantation des greffons. Ces derniers sont insérés manuellement par le médecin à l’aide d’une fine aiguille en respectant le schéma défini au moment de la consultation.
  • . La FUE Punch Hybride est un dispositif innovant. Cet équipement, couplé à un moteur WAW, réalise un mouvement oscillatoire avec un dispositif en forme de trompette. Contrairement à un équipement de greffe manuelle FUE traditionnelle, le Punch Hybride dissèque le follicule uniquement au niveau de son bord extérieur.

Hybrid PunchFUE Punch

Contrairement au complément capillaire, la pose d’implants permet de résoudre définitivement et efficacement le problème de dégarnissement. Cette opération est également indolore et ne présente pas de risque particulier. Les tarifs de la greffe capillaire varient en fonction de la méthode utilisée et de la ville où vous décidez de faire votre réimplantation de cheveux. Enfin, il n’est pas impossible de voir apparaître certains effets potentiellement gênants, mais peu graves : démangeaisons et irritations au niveau de la zone donneuse et enflures au niveau de la zone receveuse.